Danse
Laisser un commentaire

Barbe-Neige et les sept petits cochons au bois dormant !

Vendredi 13 mars, nous sommes allées voir un spectacle de danse complètement fou à la Filature : Barbe-Neige et les sept petits cochons au bois dormant de Laura Scozzi. On vous raconte ?

L’avis de Mélina : c’est loufoque et ça fait du bien !

En général, je ne suis pas très attirée par les spectacles de danse : ça ne me parle pas spécialement et je ne m’y connais pas beaucoup… enfin, je ne m’y connais pas tout court. Mais ce spectacle m’avait l’air différent. Et effectivement, c’est le moins que l’on puisse dire. Dès le titre, on est obligé(e)s de pouffer de rire. Et ça continue pendant le spectacle. Mais là, on ne pouffe plus, on est mort(e)s de rire. C’est complètement loufoque !

Barbe-Neige et les sept petits cochons au bois dormant mélange entre eux les contes pour enfants, et en fait des parodies. Des danseurs aux costumes d’animaux (d’ours, de poisson, d’abeille ou encore de loup) se mêlent aux princes et princesses… en baskets 🙂 . Ah, et on n’oublie pas la fée qui intervient dans chaque « tableau » pour inverser la situation.

Tout commence avec un ours voleur de pique-nique. Enfin le pique-nique devait être le sien, mais ça m’a tout de suite fait penser au dessin animé Yogi l’ours. Et là, le ton est donné : décalé ! Par exemple, on a vu 1 nain s’occuper de la cueillette des champignons et du ménage, tandis que 7 Blanche-Neige vont à la mine. Il y avait plusieurs « rôles travestis » aussi : certains danseurs (et non danseuses) incarnaient Blanche-Neige, et notre Chaperon Rouge dansait de manière très gracieuse avec ses jolis souliers rouges, mais avait un peu de poil aux pattes 🙂 . Et ça, ça détend l’atmosphère !

Le petit chaperon rouge et le loup

Des jambes superbement velues : visiblement, le Chaperon Rouge a atteint la puberté 😉 – © Laurent Philippe

Je ne peux pas tout raconter, mais j’ai particulièrement adoré les scènes avec Cendrillon (il y avait plusieurs Cendrillons). Cendrillon n°1 perd sa chaussure, la n°2 perd une tong, celle qui suit perd sa petite culotte, celle d’après perd une jambe (mais pas une vraie, hein !) et repart à cloche-pied, etc. jusqu’à ce qu’une Cendrillon perde un ballon de rugby. Et là, on est catapulté(e)s en plein match. Les autres personnages présents sur scène sont dans l’équipe adverse ; ils crient « Gooo ! » et ça part totalement en vrille.

Pour Cendrillon, c’est plus facile de s’enfuir avec ce type de chaussures ;) - © Laurent Philippe

Pour Cendrillon, c’est plus facile de s’enfuir avec ce type de chaussures 😉 – © Laurent Philippe

J’ai adoré ce spectacle, car il était très complet : différents styles de danse (classique, hip hop, etc.), des mimes, du chant, des dialogues… Il y avait une petite dizaine de danseurs, mais comme ils endossaient plusieurs rôles, on avait l’impression qu’ils étaient bien plus ! Et comme il s’agissait d’un spectacle familial, pas besoin de se creuser la tête pour comprendre ce qui se passe sur scène. Même si bien sûr il y a plusieurs niveaux de lecture. On est là pour apprécier le moment présent, point barre !

L’avis de Marie-Eve : une autre vision du prince charmant…

Moi qui suis contre les clichés et qui aime revisiter les choses de façon moderne, je n’ai pas été déçue ! Pour exploser les clichés, ils les ont explosé. Bam ! Tchao Cendrillon et sa délicate pantoufle de vair, cette fois ce sont les petits cochons qui usent de leurs charmes pour avoir le dessus sur le grand méchant loup, la Belle au bois dormant esquive le baiser, et le petit Chaperon rouge est interprété par un homme. Ah, et il y a l’histoire de Simplet et des 7 Blanche-Neige aussi… Qu’est-ce qu’on a ri !

Que de surprises, de rebondissements, et de délires complètement fous qu’ils ont osé pousser, pousser, jusqu’au bout du bout, là où notre imagination n’était plus allée fouiller depuis bien longtemps ! Nous avons vu plusieurs versions de l’histoire de Cendrillon qui dévale les escaliers aux coups de minuit (sympa l’ambiance discothèque au bal d’ailleurs) : et à chaque fois, c’était de plus en plus délirant.

On a surtout beaucoup ri avec l’histoire. Côté danse, c’était très sympa aussi, mais pas ultra technique. Cela dit, j’ai été émue par la chorégraphie des princes qui pleurent la fuite de Cendrillon : c’est une superbe scène, une de mes préférées (c’est dur de choisir parce que franchement, tout était à la fois drôle et bien dansé). Dans l’ensemble, j’ai adoré le décalage entre la danse hip hop et la musique très classique. Et j’ai trouvé très belle la chorégraphie du cerf et des biches, plus classique cette fois-ci.

Barbe Neige et les Sept petits cochons au bois dormant à la Filature à Mulhouse

Belle chorégraphie – © Laurent Philippe

J’ai moins ri quand le prince qui venait de réveiller la Belle au bois dormant lui a commandé une bière sur le champ, mais il y a eu un retournement de situation à la fin. Héhé ! Bon, la fin c’est la déchéance totale car la fée (qui est un peu le fil conducteur) ne maîtrise plus l’histoire… c’est très drôle. On ressort du spectacle sans avoir une histoire en tête, car certains contes ont été retournés dans tous les sens, et il n’y avait pas de début ou de fin, mais c’est ça qui est bon. On prend tout et on recommence !

On a aimé : les danseurs avaient l’air de profiter à fond. Ça ne doit pas arriver souvent de faire un spectacle comme ça dans une carrière.
On a moins aimé : dommage qu’il n’y ait eu qu’une seule date pour la représentation.

Infos pratiques :
La Filature
20 allée Nathan Katz
68100 Mulhouse
Tél. : 03 69 77 65 10
Site web : www.lafilature.org
Classé sous : Danse

de

Mulhouse, ça a d’abord été pour moi une ville où faire mes études et travailler :) . Maintenant je m’intéresse à tout, mais mon sujet préféré, c’est la musique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *