Danse
Laisser un commentaire

Casse-Noisette : le ballet mythique revisité par Ivan Cavallari

Place réservée depuis longtemps, je me réjouissais d’aller voir ce célèbre ballet dont je ne connaissais que les extraits les plus connus. Mais je n’allais pas voir le ballet classique, il a été modernisé par Ivan Cavallari avec l’apport de la technologie vidéo en parallèle de la prestation des danseurs !

Faites-moi rêver…

La technique des danseurs, c’est la première raison pour laquelle je vais voir un ballet. Les voir monter sur pointes comme si de rien n’était, tourner comme si c’était évident… Une telle souplessegrâce et légèreté : c’est vraiment trop beau à voir. J’avais déjà vu les danseurs du Ballet de l’Opéra national du Rhin (ballets et/ou répétitions publiques), et évidemment je ne l’ai jamais regretté.

ballet mulhouse opera national rhin

Yann Laine et Annalshii – © Jean-Luc Tanghe

Les costumes aussi font vraiment rêver. En particulier dans l’acte II où l’on est entraînés dans un voyage autour du monde, et jusqu’au le bal de fin d’année : le top du top côté costumes. Toutes ces couleurs m’ont captivées ! J’ai véritablement adoré !

Le bal de fin d'année de Casse-Noisette - © Jean-Luc Tanghe

Le bal de fin d’année de Casse-Noisette – © Jean-Luc Tanghe

Un spectacle complet

L’ensemble du ballet est bien construit, tout coule de source, on alterne entre les scènes avec beaucoup d’intervenants, les pas de deux (ou trois), les solos… On ne s’ennuie pas et on savoure chaque scène. J’apprécie particulièrement la musique : c’est l’Orchestre Symphonique de Mulhouse qui assure.

Le mélange entre art vivant et technologie est très bien conçu également : ça apporte vraiment un plus. Il y a un écran devant la scène sur lequel nous voyons la conversation par chat de Noisette et Casse-Noisette, ainsi que d’autres animations vidéos notamment pendant l’examen de sciences. En plus de cet aspect, la mise en place des décors est extra, c’est fou ce qu’on peut faire dans une grande salle comme la Filature.

Encore un autre argument pour parfaire ce beau tableau : la participation des Petits chanteurs de Strasbourg de la Maîtrise de l’Opéra national du Rhin. Il faut reconnaître qu’ils ont géré !

Du côté de l’histoire, ce ballet amène forcément à réfléchir… Casse-Noisette qui cache son identité à sa dulcinée, celle-ci qui se réfugie dans sa bulle numérique pour échapper à la réalité… Ça illustre parfaitement les galères de l’adolescence, mais on peut aussi se remettre en question à tout âge. La scène fatidique de la révélation est très touchante. Heureusement, c’est une histoire d’amour qui finit bien, ou plutôt, qui commence bien… 😉

Yann Laine et Annalshii pour le pas de deux final : un régal pour les yeux - © Jean-Luc Tanghe

Yann Laine et Annalshii pour le pas de deux final : un régal pour les yeux – © Jean-Luc Tanghe

J’ai aimé : les chorégraphies, les costumes, la musique de Tchaïkovski, les décors… bref passer la soirée à la Filature devant Casse-Noisette !
J’ai moins aimé : RAS
Infos pratiques : 
La Filature
20 allée Nathan Katz
68100 Mulhouse
Tél. : 03 69 77 65 10
Site web : www.lafilature.org

Site web de l’Opéra National du Rhin : www.operanationaldurhin.eu

Classé sous : Danse

de

J’ai toujours adoré prendre des photos partout où j’allais (restaurants, balades en ville…), et j’ai souvent rêvé d’être journaliste pour rédiger mes critiques. Je m'exprime donc sur ce blog avec plaisir, depuis son lancement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *