Théâtre
Laisser un commentaire

“Champ de mines” : un regard magistral sur la guerre

L’auteure et metteuse en scène argentine Lola Arias a fait se rencontrer des vétérans Britanniques et Argentins de la guerre des Malouines. Une très belle pièce qui explore, entre humour et gravité, une thématique toujours très actuelle.

Lou, Ruben, Davi, Gabriel, Sukrim et Marcello. Six hommes, deux camps qui se sont opposés durant la guerre des Malouines dans les années 80. Six soldats, et chacun ses souvenirs, son histoire. Dès les premières minutes, avec l’apparition de l'”Ironman” Marcello, on est happés au coeur de l’intime de ces hommes qui, 34 ans plus tard, nous emmènent dans un voyage sensible, parfois brutal, dans leur quotidien de soldat puis de civil.

De retour aux Malouines, devant un trou d'obus- ©Tristam Kenton

De retour aux Malouines, devant un trou d’obus- ©Tristam Kenton

Leurs propos, leurs échanges, sont d’une force impressionnante. Raconter l’horreur de certaines batailles, ou celle du retour à la vie civile une fois le conflit terminé, c’est un peu comme un exutoire presque nécessaire pour ces hommes malgré les nombreuses années écoulées. Sans fard, mais avec du recul, sans pathos, mais avec justesse, ils nous entrainent dans les méandres de leur mémoire et nous touchent directement au coeur.

Ces portraits de combattants sont très éloignés de l’archétype du soldat vaillant et héroïque. Ils montrent des humains, tout simplement : certains ont tenu des journaux intimes, d’autres ont sombré dans la cocaïne, ou font des reprises des Beatles, ou encore manient le kukri comme personne. Des parcours de vie superbement mis en scène, avec une émotion teintée parfois d’humour, riche en archives qui donnent aussi à “Champ de mines” une belle puissance documentaire.

La Filature, Scène nationale
20 allée Nathan Katz
68100 Mulhouse
Tél. : 03 89 36 28 28

 

Classé sous : Théâtre

de

Au début, de l'indifférence, puis de l'attachement, ensuite un rejet total, et aujourd'hui je l'aime aussi tendrement que sereinement. Une histoire d'amour classique, donc, que j'essaie de raconter à ma façon, avec les mots que j'adore manier et les images qu'elle m'offre chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *