Danse, Musique
Laisser un commentaire

Le concert symphonique 6 de l’OSM : le printemps vu par Stravinsky

Vendredi 27 mars, c’était le jour du concert symphonique n°6 de l’OSM à la Filature. L’occasion de (re)découvrir des œuvres du XXe siècle : Britten, Prokofiev, Stravinsky.

Pour le concert symphonique n°6, on a pu entendre l’OSM jouer Les Illuminations de Benjamin Britten, le Concerto pour piano n°3 de Serguei Prokofiev et Le Sacre du Printemps d’Igor Stravinsky. Pour chaque œuvre, l’OSM était accompagné : d’un soliste ténor pour Britten, d’un soliste au piano pour Prokofiev, et d’une compagnie de danse pour Stravinsky.

Un grand travail de précision

Je ne suis ni une très grande connaisseuse ni une très grande fan de musique moderne. C’est sûr qu’à la première écoute, ce type de musique me paraît moins plaisant, moins « accessible » on va dire, qu’une œuvre de Mozart ou Chopin par exemple. Je trouve qu’on apprécie mieux la musique moderne / contemporaine une fois qu’on connaît la théorie qui l’accompagne. Un peu comme pour la poésie ou la peinture de la même époque, en fait. Pour autant, ce concert a été une expérience intéressante pour moi: j’ai écouté, et observé aussi.

J’ai préféré Les Illuminations : sûrement parce que je me sens plus proche du chant que de l’instrumental « pur » 🙂 . Les paroles étaient surtitrées : si avant de les lire on ne savait pas à quoi s’attendre, on savait à ce moment-là qu’on allait assister à une soirée un peu « spéciale ». Le texte est un peu obscur, hermétique, un peu « spécial », quoi. En fait il s’agit de vers d’Arthur Rimbaud, donc « hermétique » pour moi, c’est le mot ! J’ai été impressionnée par le grand travail de précision qui lie le texte à la musique : par exemple, au moment où le chanteur prononçait les mots « circulairement » ou « tourbillons », l’idée de « circularité » était illustrée aussi par la mélodie. Du sur mesure. Le ténor, Sébastien Droy, chantait super bien : les aigus, la technique, nickel.

De la précision, il en fallait aussi énormément pour le concerto de Prokofiev et Le Sacre de Stravinski.

Lorsque le pianiste (Nicholas Angelich) s’est installé et a commencé à jouer, on a tout de suite vu qu’il fallait être un virtuose. J’étais fascinée par la vitesse avec laquelle il jouait, la souplesse des poignets… Applaudissements chaleureux à la fin du concerto : on a eu droit à un bis (du Chopin peut-être ?).

La compagnie fayzal zeghoudi et l'osm à la filature : le sacre du printemmps

Après Le Sacre du Printemps de Stravinsky © OSM

La dernière œuvre donnée dans la soirée, c’était Le Sacre du Printemps, avec les danseurs de la Compagnie Fayzal Zeghoudi. Là aussi, c’était impressionnant de voir à quel point les danseurs devaient connaître la musique par cœur : par exemple, ils faisaient un saut au moment où l’orchestre jouait des notes très brèves. C’est au millimètre près ! Je n’ai pas remarqué qu’il y avait une « progression », une « histoire » en regardant cette chorégraphie : je voyais les personnages en lutte les uns contre les autres, leurs gestes montraient qu’ils exécutaient une sorte de rituel primitif. Leurs costumes étaient très simples: un pantalon marron (+ une brassière couleur chair pour la danseuse 🙂 ). Vers la fin, un des danseurs n’avait plus le sien : j’ai trouvé assez sympa le contraste entre ce danseur évoluant en slip tout près de l’orchestre, et les musiciens en tenue de concert !

J’ai aimé : découvrir ces œuvres très connues du XXe siècle.

J’ai moins aimé : en fait cela m’a plutôt amusée, mais je n’ai pas tout de suite reconnu le pianiste à son entrée sur scène (la dame à côté de moi non plus 🙂 ) car la photo du livret datait un peu. Pendant les premières secondes, on s’est dit : « mais ce n’est pas lui ! ».

Infos pratiques :
La Filature
20 allée Nathan Katz
68100 Mulhouse
Tél. : 03 69 77 65 10
Site web : www.lafilature.org
Classé sous : Danse, Musique

de

Mulhouse, ça a d’abord été pour moi une ville où faire mes études et travailler :) . Maintenant je m’intéresse à tout, mais mon sujet préféré, c’est la musique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *