Festivals
Commentaires (4)

Décibulles 2016 : des bulles, des décibels et pas que…

Un festival dans la Vallée de Villé, à côté de Sélestat, sur la colline du Chena, des décibels, des bulles, une chaleur humaine… ambiance pour la 23 ème édition d’un festival majeur du Grand Est. Petit retour…

Je découvre Décibulles, ce festival qui fait parler de lui à Mulhouse, mais pas que. Des gens viennent de Nancy, de Strasbourg, de Belfort, et même plus loin pour se mouver sur les rythmes des artistes qui opéreront leur magie au milieu de la nature. Car, oui, Décibulles, c’est bien au milieu de la nature, quasi pas de réseau, la 4G est à cette colline ce qu’un vampire est au soleil : incompatible à ce jour. Lorsqu’on arrive dans la vallée, on a l’impression de s’enfoncer dans la Vallée du Mordor, mais en beaucoup plus cool et beaucoup plus festif. Haha :). Pour la deuxième année consécutive, le festival a affiché complet les trois jours avec 26 000 festivaliers ! Ça promet…

ambiance decibulles

Ambiance à Décibulles, la chaleur est partout, même au coin sucré ! – ©Camille Dietsch pour My Mulhouse

Comment c’est organisé

Le camping est implanté juste à l’entrée du festival, et le festival est lui, en haut de la colline… Il demande donc un peu de souffle pour arriver là-haut afin de faire la fête ! Une fois la grosse bouffée de chaleur de la ch’tite montée passée, on découvre l’endroit… Chez Régine, Les bulles, Chez Lulu, la scène, le coin VIP/presse, le coin sucré, la boutique, les points recyclage de verre… tout est bien organisé pour rouler comme sur des roulettes !

festivaliers decibulles

Les festivaliers profitent de la belle colline en attendant leurs artistes préférés – ©Camille Dietsch pour My Mulhouse

L’endroit est magnifique, on va assister dans quelques heures à de superbes concerts, mais en prime pour l’un d’eux, un coucher de soleil dans la Vallée, à l’arrière-plan de la scène ! Si ce n’est pas beau !

L’humain, toujours l’humain !

J’ai été immensément conquise par ce festival à taille humaine et très humain. Le staff est accueillant, les guinguettes sont bien organisées, la bière est bonne (pour votre santé, modérez votre consommation d’alcool), l’eau aussi… Une fois qu’on a changé nos euros contre les bulles, on est prêts à profiter de : flamm’, sandwichs, boissons en tous genres, crêpes…

Un festival humain et familial : tout le monde y trouve sa place ! - ©Camille Dietsch pour My Mulhouse

Un festival humain et familial : tout le monde y trouve sa place ! – ©Camille Dietsch pour My Mulhouse

Et la nature !

Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est qu’ils tentent au mieux d’être éco-responsables. Ils expliquent qu’ils ne peuvent pas passer par le système d’éco-cup pour les verres parce que sans accès au tout-à-l’égout ou d’évacuation d’eau, une étude a démontré qu’il serait plus judicieux de recycler ses gobelets en plastique en coopération avec l’entreprise Schroll pour leur offrir une seconde vie : en devenant des vêtements de travail. Pour inciter le recyclage, ils offraient 2 bulles pour 50 verres recyclés. Un bon nombre de jeunes passaient dans la foule pour récupérer les verres. Plutôt sympa !

On apprécie aussi les toilettes sèches qui restent franchement propres tout le long et qui ne sentent pas encore la rose, mais franchement meilleur que dans les autres festival sans toilette sèche. Ils avaient même à l’entrée de cet espace, un kiosque où obtenir du gel désinfectant ! Non, mais ils ont pensé à tout !

Etaient également présents quelques stands de partenaires comme Vitaculture (la carte de réduction culturelle des 15-28 ans) ou de banques…

vitaculture decibulles festival

Vitaculture était présent sur le site qui, comme vous le constatez, est en pleine nature : sublime ! – ©Camille Dietsch pour My Mulhouse

Et l’ambiance quand même dans tout ça ?

Elle est déjà bien installée le vendredi soir. Normal quand on voit la programmation ! Fakear, Cunninlynguists, Birth of joy, Charlie Winston, Sphère primaire…

cunninlynguists decibulles

Cunninlynguists en pleine action, les festivaliers sont heureux ! – ©Camille Dietsch pour My Mulhouse

charlie winston

Charlie, éternel hobo, se produit pour le plus grand plaisir du public – ©Camille Dietsch pour My Mulhouse

concert charlie winston

La nuit se fait plus sombre sur les dernières notes du concert de Charlie Winston – ©Camille Dietsch pour My Mulhouse

Pour ma part, ce soir-là j’ai eu l’immense plaisir de faire la rencontre de Fakear. Son interview, c’est par ici.

Le samedi, la chaleur monte au thermomètre et dans les esprits de chacun, la fête bat son plein, mais on sait qu’on doit quand même en garder pour le lendemain ! Pour ma part, ce soir-là, je n’aurais rencontré qu’Ava la dame en verte. L’interview de cette dame extra-ordinaire, burlesque et humaine, c’est par ici. Personnellement, j’aime bien ce qu’elle fait. C’est audacieux, ça casse les codes du clown et c’est plus risqué de le faire en extérieur, et challengeant avec un public de festivalier qui n’est pas là pour ça à la base. Je lui dis bravo Ava !

En termes de concert, ce soir-là, on a pu découvrir The Wanton Bishops, un groupe de blues rock libannais avec des influences new yorkaises… très intéressant et qui bouge énormément ! Une belle découverte de barbus et moustachus en puissance.

The Wanton bishops

Des libanais aux notes blues rock qui dépotent ! – ©Camille Dietsch pour My Mulhouse

The Wanton bishops festival decibulles

Le chanteur alterne entre clavier, guitare harmonica et, bien sûr, chant ! Une découverte musicale bien agréable ! – ©Camille Dietsch pour My Mulhouse

Anna Calvi, une des têtes d’affiche a été assez décevante. L’ambiance n’était pas du tout là, à voir beaucoup trop de personnes assises. Sa musique était bien en revanche. C’est toujours la question que je me pose : un musicien est-il obligé de procurer le show avec ? Parce qu’à la base, il n’est que musicien…? Hum, intéressant comme débat. On a vite oublié ce moment avec Jeanne Added qui, elle, a mis le feu. Sa musique est envoûtante, mouvante et nous provoque des orgasmes de peau (oui, vous avez bien lu, c’est scientifiquement prouvé que ça existe)… sublime moment ! Une pêche d’enfer, alors qu’elle n’arrête pas de tourner depuis pas mal de temps a priori. Gramatik a ensuite pris la place pour enflammer aussi la foule, transportée par leur musique électro.

jeanne added

Jeanne Added a enflammé la nuit de sa voix transportante et envoûtante. Une vraie présence ! – ©Camille Dietsch pour My Mulhouse

concert blaas of glory

Blaas of Glory partage ses notes avant que le soleil ne se couche sur la Vallée de Villé – ©Camille Dietsch pour My Mulhouse

blaas of glory

Blaas of Glory : la fanfare heavy metal qui donne le la et pas que ! – ©Camille Dietsch pour My Mulhouse

Et le dimanche, c’est la sieste ?

Bien sûr que non… enfin quoique… si c’est nécessaire pour tenir la chaleur et danser jusque tard dans la nuit avec tous les bons concerts prévus, et le match pour certains !

J’ai ce soir-là rencontré Soviet Suprem : leur interview de campagne électorale est ici. Et j’ai pu assister à la prestation de Réverbère, spectacle burlesque qui fait beaucoup participer le public. Son interview, c’est par ici. Je le félicite d’avoir tenu son super spectacle sous la chaleur. Et bravo à Georges qui a si bien appris à manier le fouet !

Mon meilleur moment

Un des meilleurs moments pour moi dans ce festival, ça a été la rencontre avec Faada Freddy : au départ, sa musique en ambiance extérieure comme ça, les vibrations humaines qui s’échappaient des micros et de la foule, et enfin, la rencontre avec ce sublime artiste humaniste et humain. Son interview, c’est par ici. On a été plusieurs a avoir été transportés par sa musique humaine. Il utilise uniquement les percussions corporelles et les sons du corps (chant, beatbox…) : j’ai redécouvert le corps humain et toutes les possibilités qu’il offre et qu’on sous-estime. Pour moi, Faada Freddy rend ses lettres de noblesse au corps humain. Et il a sincèrement transformé ma vision de la musique. Je le remercie pour ça.

De retour de l’interview, je rejoins mes amis pour le concert de Tryo, entraînant comme à son habitude, avec en fond les “ooooooooooooooh” et les “aaaaaaaaaaaaaaaaaah” des supporters du match de football de l’Euro 2016, car oui, pendant le concert, le match étai retransmis sur écran.

tryo decibulles

Un coucher de soleil et Tryo : le mélange trop cool du dimanche soir pour commencer à clôturer le 23ème Décibulles -©Camille Dietsch pour My Mulhouse

En conclusion…

J’ai adoré Décibulles, son ambiance, son staff, ses concerts, son emplacement, son tarif abordable, son esprit écolo… tout ! Je vais guetter de près la programmation de l’an prochain ! Sachant que cette année a encore été un franc succès puisque le festival affichait complet, ne ratez pas le coche l’an prochain ! Bel été sous le signe de la musique et de la fête !

J’ai aimé : la chaleur humaine, l’humanisme, le lieu, les artistes qui ont accepté de me rencontrer et qui ont été sublimes, le fun avec les copains pour ma 1ère !
J’ai moins aimé : en tant que reporter My Mulhouse, le manque d’internet pour tweeter et vous donner envie de nous rejoindre… mais c’est vraiment pour dire un truc !
Infos pratiques :
Décibulles, le site internet et la page Facebook
Classé sous : Festivals

de

Sundgauvienne de naissance, Mulhouse était pour beaucoup « the place to be » lorsque j’étais ado. Aujourd’hui, après de nombreuses années de vie un peu partout en France et à l’étranger, je me re-pose et re-découvre cette ville. Je vous propose de m’accompagner dans mes découvertes et kiffs sur une « place to be » parmi tant d’autres dans ce monde.

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *