Danse
Laisser un commentaire

Du ballet : y a tout à voir !

Un ballet nommé « Jeux inconnus » est à l’affiche de l’Opéra National du Rhin et se joue à Mulhouse et Strasbourg. Retour sur les coulisses lors desquelles j’ai pu rencontrer les danseurs, chorégraphes et autres personnalités du ballet. Un superbe moment !

Qui dit ballet dit tutu… mais d’où vient ce stéréotype ? Dans « Jeux inconnus », je ne pense pas qu’il y ait de tutu. Et pourtant, c’est un magnifique ballet qui mêle, démêle et remêle des danseurs. Lors des coulisses, proposées par l’OnR pour tous les ballets, j’ai eu le privilège de pouvoir rencontrer le chorégraphe de la partie intitulée « Chambre Noire » de ce ballet, ainsi que le metteur en scène du ballet complet et un autre représentant de la partie intitulée « Marbre ».

J’avoue avoir une préférence pour « Chambre noire » : le style, la musique, l’histoire… Car oui, il y a toujours une histoire. Même si ça paraît parfois bizarre de voir des gens danser comme ça sur scène, tout s’explique ! Oui, oui ! J’en vois avec leur air dubitatif, lever un sourcil et pas l’autre… Je le sais, j’étais comme ça aussi avant d’aller à ces coulisses.

© My-Mulhouse.fr

Marbre avec Christelle Molard-Daujean et Erika Bouvard – © My-Mulhouse.fr

J’ai donc testé un a priori pour vous. Prenez l’exemple de Chambre noire. On voit plusieurs personnes onduler sur scène, les unes entre elles, une musique classique aux quelques sonorités plutôt métalliques. Puis d’un coup une danseuse entre en ondulant elle aussi. Quelques minutes plus tard, c’est un danseur qui se fait happer par cette danseuse qui vient la rejoindre onduler avec elle… Chambre noire est un ballet qui se passe dans l’univers, Stephan Toss a tenté de matérialiser l’énergie et la matière noire en un ballet. D’où les ondulations, car les danseurs sont censés être en apesanteur… Plutôt balaise comme concept et la mise en scène est géniale.

© My-Mulhouse.fr

La Chambre noire avec Erika Bouvard, Marwik Schmitt, Hamilton Nieh et Renjie Ma – © My-Mulhouse.fr

J’ai pu le voir, car lors des coulisses du Ballet de l’OnR, nous avons effectivement eu droit à une répétition.

Concernant Marbre, les danseurs avaient déjà répété, ça s’est plutôt bien déroulé, tandis que pour Chambre Noire, les danseurs en étaient à leurs premières répétitions. On a pu voir en direct que Stephan Toss est exigeant, comme tout chorégraphe je présume. Les danseurs ont refait puis refait, puis re-refait les enchaînements. C’était incroyablement intense et fascinant, voire fatiguant à contempler !

J’ai d’abord concentré mon attention sur les danseurs, puis à force de les voir répéter, je me suis décidée à observer le chorégraphe. On voit clairement l’intensité de son investissement : il vit les mouvements, il vit la musique, il vit sa chorégraphie. Il tique lorsque ce n’est pas bon, il sourit lorsqu’il est content, il oscille avec eux pour les mouvements…

© My-Mulhouse.fr

La Chambre noire avec Yann Lainé, Christelle Molard-Daujean et Stephan Thoss – © My-Mulhouse.fr

J’ai beaucoup aimé l’ambiance de la salle : l’entente et la complicité entre les danseurs, l’amitié entre le présentateur et le chorégraphe, l’humour du présentateur et du chorégraphe…

Ca m’a vraiment donné envie de voir le ballet… A refaire sans hésitation !

J’ai aimé : Voir les coulisses d’un ballet qui me tenterait bien au final, de voir les danseurs de si près en conditions réelles de répétition, c’est génial. Et aussi le fait qu’on nous explique le ballet : c’est top !
J’ai moins aimé : Voir une danseuse devoir faire et refaire et re-refaire les pas alors qu’elle avait mal au dos : on devine la condition physique et les exigences liées à ce métier !

Infos pratiques :
Jeux Inconnus (Thoss/Morau) – Ballet de l’Opéra national du Rhin

Pour Mulhouse, c’est fini, mais vous pouvez vous rattraper à Strasbourg (Salle Ponnelle) :

  • vendredi 5 juin à 20h 
  • samedi 6 juin à 15h 
  • samedi 6 juin à 20h 
  • dimanche 7 juin à 15h 
  • mardi 9 juin à 20h

www.operanationaldurhin.eu
Facebook

Classé sous : Danse

de

Sundgauvienne de naissance, Mulhouse était pour beaucoup « the place to be » lorsque j’étais ado. Aujourd’hui, après de nombreuses années de vie un peu partout en France et à l’étranger, je me re-pose et re-découvre cette ville. Je vous propose de m’accompagner dans mes découvertes et kiffs sur une « place to be » parmi tant d’autres dans ce monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *