Festivals
Laisser un commentaire

Eurocks day 4 : Arcade Fire superstar !

Pluie battante, éclaircies…la météo capricieuse n’aura pas eu raison des festivaliers qui ont eu le bonheur d’avoir une programmation de rêve pour ce dernier jour des Eurockéennes !

Arrivée un peu tard, j’ai regretté de ne pas avoir vu Royal Blood, apparemment c’était top ! Du coup mon premier concert de la soirée a été Phoenix sur la grande scène : comme toujours le groupe a offert un set impeccable et plein d’énergie, avec un finish en apothéose qui a bien chauffé les festivaliers. J’ai songé un moment à aller voir Savages à la Green Room mais finalement j’ai profité de ce temps avant Arcade Fire pour me mettre au sec avec un bagel, une bière et des potes.

Phoenix aux Eurocks : l'énergie et la classe ! - © My-Mulhouse.fr

Phoenix aux Eurocks : l’énergie et la classe ! – © My-Mulhouse.fr

Le concert d’Arcade Fire : frissons et communion aux Eurocks 2017

00:01. Arcade Fire arrive sur la grande scène. Et on est immédiatement happés par la puissance de cet hymne fédérateur qu’est “Everything Now”. Le public, à l’unisson, chante avec Win Butler, les visages s’illuminent de bonheur, l’instant est fort, presque magique.

Dès les premières notes d'"Everything Now", le public est conquis - © My-Mulhouse.fr

Dès les premières notes d'”Everything Now”, le public est conquis – © My-Mulhouse.fr

Et à aucun moment cette ferveur n’a connu de baisse, bien au contraire. Des morceaux historiques (” No Cars Go”), des moments de transe (l’excellentissime “Reflektor”), un hommage à Bowie (“The Suburbs”)…tandis qu’Arcade Fire nous déployait un set fabuleux, la communion se faisait plus intense. On a été transportés jusqu’au bout, avec un “Wake Up” en rappel d’une force incroyable, entamé alors qu’étaient tirés les premiers feux d’artifice, et terminé a cappella dans le noir.

Arcade Fire, juste époustouflants aux Eurocks - © My-Mulhouse.fr

Arcade Fire, juste époustouflants aux Eurocks – © My-Mulhouse.fr

Win Butler et Régine Chassagne, d'Arcade Fire - des voix, une présence © My-Mulhouse.fr

Win Butler et Régine Chassagne, d’Arcade Fire – des voix, une présence © My-Mulhouse.fr

Le groupe ne voulait pas partir je crois, nous non plus, et en quittant le site j’ai croisé de nombreux festivaliers qui chantaient encore… Je parie que comme pour moi ce chœur final résonne encore dans leurs têtes aujourd’hui.

Merci Arcade Fire pour ce pur moment de bonheur.
Merci aux Eurocks et à l’année prochaine !

Classé sous : Festivals

de

Au début, de l'indifférence, puis de l'attachement, ensuite un rejet total, et aujourd'hui je l'aime aussi tendrement que sereinement. Une histoire d'amour classique, donc, que j'essaie de raconter à ma façon, avec les mots que j'adore manier et les images qu'elle m'offre chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *