Expos
Laisser un commentaire

Expositions à la Cour des Chaînes mulhousienne

La Cour des Chaînes abrite de nos jours l’Université Populaire où se déroulent des expositions artistiques, dont celles en cours de 3 artistes : « Mystère végétal » d’Eliane Goepfert et Barbara Suzanne ainsi que « l’Origine » de Sandrine Stahl. Le vernissage de l’exposition s’est déroulé le mardi 25 février dans une joyeuse bousculade dans les deux salles mise à disposition des nombreuses œuvres exposées jusqu’au 14 mars 2014.

cour des chaines mulhouse

La Cour des Chaînes – © Ray Mond pour My Mulhouse

Un peu d’histoire

La Cour des Chaînes (Kettenhof) située rue des Franciscains appartenait avant le XVIème siècle à la famille noble de Tagolsheim, puis en 1594 au prévôt de Landser avant d’être investie par la manufacture Eck, Schwarz et Cie en 1763. Après le rachat par la ville de Mulhouse elle a été inscrite à l’Inventaire des Monuments historiques en 1981. La Cour des Chaînes abrite également le restaurant Il Cortile, qui vient d’obtenir sa deuxième étoile au guide Michelin.

L’exposition « Mystère végétal »

Eliane et Barbara sont deux femmes imaginatives passionnées par la macrophotographie qui essaient de percer le mystère végétal en offrant aux visiteurs des images alliant graphisme, couleurs, textures et formes par un travail de recherche très abouti.

Dans la petite salle d’exposition de la Cour des Chaînes, Eliane offre à notre vue de magnifiques photos de fleurs alors que sa complice Barbara originaire de la région lyonnaise nous permet quant à elle de pénétrer avec une vision différente le monde végétal des épluchures de fruits et légumes.

Les deux artistes selon leurs propres dires cèdent à chaque prise, sans résistance aucune, aux charmes qui leur paraissent être des odes à la féminité à bien des égards : « En focalisant nos objectifs sur certains de leurs détails nos modèles nous ouvrent des perspectives insoupçonnées et donnent accès à des mondes invisibles et mystérieux. Nous espérons que nos visiteurs percevront leurs fragrances délicates, ressentiront quelques unes de leurs douceurs et percevront les bruissements de ce monde végétal mis à nu ».

Personnellement je peux les rassurer, c’est effectivement avec beaucoup d’émotions positives que j’ai découvert ce monde végétal. J’ai toujours beaucoup apprécié les fleurs qui embellissent la nature avec leurs couleurs éclatantes. Par contre jusqu’à ce jour je ne prêtais en général qu’un œil très distrait aux épluchures des fruits et légumes. J’avoue que je préfère de loin déguster l’intérieur des épluchures sur une table décorées de belles fleurs mais aussi que je regarderais certainement à l’avenir avec un autre regard les épluchures en pensant au ravissement qu’elles m’ont procuré.

Mystère végétal - ©Ray Mond pour My Mulhouse

Mystère végétal – © Ray Mond pour My Mulhouse

L’exposition « L’origine »

Une fois de plus j’ai été charmé par les œuvres de Sandrine Stahl, alias « Elle fait des ronds ». Arrivé dans la grande salle d’exposition, je découvre une bonne quarantaine d’œuvres et une foule aussi dense que dans la petite salle. L’exposition s’articule autour de 5 mouvements : Sanguines, Hasard, Accident, Biochimie ou Magie et Cellules.

Sandrine est une artiste sensible à l’arte povera et de ce fait utilise des matériaux qui ont déjà eu une vie. C’est aussi pour cette raison que ses réalisations sur différents supports avec différentes techniques ont un aspect très épuré. On trouvera dans sa panoplie des acryliques sur peaux de caisse claire (clin d’œil de la musicienne, chanteuse et bruiteuse ?), des aquarelles ou encre de Chine sur carton et des collages.

Séduite par le côté blanc et crème d’œuvres qu’elle a découvert récemment, elle a ainsi mise entre parenthèse la couleur qui apparaît avec parcimonie sur ses œuvres. Seul le rouge sang apparaît parfois comme une coulure s’échappant d’une blessure ou accident à côté du noir de l’encre qu’elle jette sur sa toile en un mouvement irréversible.

Elle présente elle-même son travail comme étant une démarche de création d’univers visant à faire le lien entre l’infiniment grand et l’infiniment petit, le biologique et la nature végétale, dans leur forme, leur structure, leur composition et leur origine.

Elle recherche l’origine et l’organisation de la vie qui sont pour elle le travail central de son travail artistique. Elle se questionne sur la place du hasard dans le fonctionnement même des cellules durant leur développement, leur stabilisation dans une fonction mais aussi sur leur place dans l’origine des mondes.

Laissant place au hasard, elle provoque des accidents artistiques qu’elle s’approprie afin de construire une image et lui donner du sens ou une fonction comme on le fait avec sa vie.

J’aime : Le lieu de l’exposition, cette superbe Cour des Chaînes chargée d’histoire et bien sûr les œuvres exposées par ces trois artistes de talent que sont Sandrine, Eliane et Barbara.
J’aime moins : ne plus oser jeter les épluchures sans émotion

Infos pratiques :
Cour des Chaînes
13 rue des Franciscains
68100 Mulhouse

Ouverture jusqu’au 14 mars 2014 du lundi au vendredi de 13 à 18h – Entrée libre.

Classé sous : Expos

de

De nature curieuse, je m'intéresse à tout mais en particulier à l'Art sous toutes ses formes. Mulhouse, de par sa richesse artistique, culturelle et historique est un vrai bonheur pour le photographe passionné que je suis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *