Danse
Laisser un commentaire

Extraordinaire Maguy Marin !

BiT, la dernière création de la grande chorégraphe Maguy Marin était présentée à la Filature mercredi et jeudi dernier. Je ne pouvais pas manquer ce rendez-vous !

Même si je ne suis pas, et de loin, une experte en danse, j’aime beaucoup me laisser surprendre et séduire. Maguy Marin, je la connaissais tout de même, ayant vu un de ses spectacles il y a quelques années. Pour « BiT », je n’ai rien lu ni regardé avant d’y aller, ce qui a rendu l’expérience encore plus intense pour moi.

Une transe hypnotique qui interroge et dérange

Dès les premières minutes, la musique balance ses beats industriels et organiques à la fois, une voix scande en latin, l’obscurité est totale, l’immersion est complète et immédiate.

Six personnages entrent en scène, se tenant par la main en une ronde répétitive quasi hypnotique. Le décor, des plaques inclinées disposées sur la scène, sert à la fois de cachette et de support pour les danseurs. La saccade des corps, les pas savamment élaborés, donnent à la ronde une couleur intense, presque celle de la transe. Les personnages se lient et se délient, tantôt amis, amoureux, amants.

Une ronde hypnotique ©Didier Grappe

Une ronde hypnotique – © Didier Grappe

Les corps deviennent chair, un enchevêtrement de membres glissant le long d’un pan couvert de rouge pour terminer en une orgie muette. Les corps sont objets ou insectes, malmenés, mécaniques, interchangeables. Les hommes et les femmes sont consentants, avides, proches, amoureux, indignes, vils, à mesure que se déploie la danse  de la vie, encore et encore, pour revenir dans la ronde finale, celle de la mort. Un final brutal sur un saut de l’ange. La lumière s’allume. Je reprends mon souffle.

Un décor minimaliste pour un spectacle sans concession © didier Grappe

Un décor minimaliste pour un spectacle sans concession – © Didier Grappe

Maguy Marin est de celles qui dérangent, qui sont exigeantes. Ses choix, on les adore ou on les déteste. Elle m’a bousculée, emportée, épatée. Je n’oublierai pas « Bit » de sitôt : une énorme claque.

J’ai aimé : l’incroyable intensité du spectacle
J’ai moins aimé : certains spectateurs, non “avertis”

Infos pratiques : 
La Filature
20 allée Nathan Katz
68100 Mulhouse
Tél. : 03 69 77 65 10
www.lafilature.org
Classé sous : Danse

de

Au début, de l'indifférence, puis de l'attachement, ensuite un rejet total, et aujourd'hui je l'aime aussi tendrement que sereinement. Une histoire d'amour classique, donc, que j'essaie de raconter à ma façon, avec les mots que j'adore manier et les images qu'elle m'offre chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *