Festivals, Librairies
Laisser un commentaire

Festival Sans Nom : “Les serial killers sont parmi nous !”

Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le titre d’un livre de Stéphane Bourgoin, spécialiste des tueurs en série et parrain de la nouvelle édition du Festival Sans Nom, le festival du polar qui s’est déroulé à Mulhouse ce week-end. 

J’ai décidé d’aller faire un tour au Festival Sans Nom même si j’avoue que les histoires de tueurs en série me font un peu peur. Je suis le genre de personne qui après avoir regardé Faites Entrer l’Accusé ou Esprits Criminels vérifie que toutes les portes de ma maison sont bien verrouillées. Et je sursaute au moindre bruit. Je sais, je suis une chochotte. Bref, j’ai pris mon courage à deux mains car je n’avais pas pu aller au festival l’année dernière et il était hors de question que je le rate cette année.

Samedi

affiche du festival sans nom sur le temple saint etienne

Le temple St Étienne aux couleurs du Festival Sans Nom – © My-Mulhouse.fr

Samedi après-midi, j’ai commencé par me rendre aux conférences qui se tenaient au temple St Étienne. J’ai assisté à la fin d’une conférence sur les scènes de crime (j’ai juste eu le temps d’entendre quelques détails bien gores). S’est ensuivie une grande interview de Stéphane Bourgoin, le spécialiste des tueurs en série. C’était je pense la plus intéressante de l’après-midi.

Stéphane Bourgoin a raconté son histoire, qui est assez tragique. Footballeur professionnel, il doit arrêter sa carrière en 1976 en raison d’une blessure. Il s’installe à Los Angeles avec sa compagne. Cette dernière est assassinée par un tueur en série. Pour essayer de comprendre les faits et ne pas devenir fou, il décide de s’intéresser aux motivations et à la psychologie des tueurs en série, car à l’époque il s’agit d’un phénomène peu étudié et mal compris.

Depuis cette époque, il s’est entretenu avec un nombre impressionnant de tueurs en série. Il a été un des rares non-policiers à pouvoir suivre une formation de profilage unique en son genre aux États-Unis. Il collabore avec les forces de polices de différents pays en leur fournissant ses enregistrements. Et il a aussi créé une association de victimes. Bref, sa vie (qu’il indique être somme toute assez banale) tourne autour des tueurs en série. Ce qui m’a le plus fascinée, c’est que Stéphane Bourgoin est une véritable encyclopédie du crime. Il se souvient de tout : les noms, les dates, les lieux, les modi operandi. C’est impressionnant.

librairie bisey festival polar mulhouse

La librairie Bisey proposait plein de polars à l’occasion du Festival – © My-Mulhouse.fr

À la fin des conférences, je me suis rendue à la librairie Bisey pour m’acheter quelques bouquins sur le stand dédié au festival. C’était l’occasion d’avoir des dédicaces !

Dimanche

Le lendemain, je me suis rendue aux conférences qui ont cette fois eu lieu à la bibliothèque Grand’Rue. J’y suis allée accompagnée d’une amie qui souhaitait entendre Stéphane Bourgoin, car elle a rédigé un mémoire sur Jack l’Éventreur et Stéphane Bourgoin est un auteur de référence à ce sujet.

Les thèmes des conférences étaient “Pourquoi les sérial killers fascinent-ils ?” et “Portraits de serial killers”. Il y avait pas mal de monde dans le public, et ce qui était amusant c’est qu’on trouvait toutes sortes de personnes : des petites mamies, des couples, des jeunes… Tout le monde s’intéresse au sujet ! Durant la première conférence, on a beaucoup parlé de l’inspiration des auteurs de polars, de leurs méthodes pour entrer dans la tête de leurs personnages.

conférence grand rue festival polar mulhouse

Thierry Moser, Stéphane Bourgoin et l’interviewer Luc Widmaier – © My-Mulhouse.fr

Pour la deuxième conférence, Stéphane Bourgoin était accompagné de Thierry Moser, un avocat mulhousien assez médiatique. Les deux étaient très intéressants et compétents, et même si le thème était un peu sordide, on serait bien restées à les écouter plus longtemps.

La fin de la conférence et du festival est arrivée, et on est ressorties de la bibliothèque pour s’installer sous le beau soleil d’avril. Le festival était fini, il était de penser à des choses plus joyeuses…

J’ai aimé : les conférences, pouvoir discuter avec les auteurs, avoir des dédicaces
J’ai moins aimé : les gens dont les téléphones ne s’arrêtent pas de sonner pendant les conférences !

Infos pratiques :
Festival Sans Nom
du 11 au 13 avril 2014
Site web : www.festival-sans-nom.fr
Retrouvez toutes les photos sur la page Facebook du festival : www.facebook.com/LeFestivalSansNom
Classé sous : Festivals, Librairies

de

Mulhousienne d'adoption, je suis peu à peu tombée sous le charme de cette ville. Sous ses airs de grande cité industrielle elle cache des tas de petits trésors que j'aime dénicher au gré de mes promenades...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *