Musées
Laisser un commentaire

Le musée Unterlinden

Cela faisait longtemps que je voulais retourner au musée Unterlinden, notamment pour voir les travaux d’extension réalisés en 2015.

C’est un lieu magnifique, en plein cœur de Colmar, un ancien couvent transformé en musée en 1847. Calme et majestueux, il a bénéficié de plusieurs agrandissements, et c’est le cabinet bâlois Herzog&De Meuron qui lui a apposé récemment sa patte. Cela se ressent d’ailleurs assez vite car j’y ai notamment retrouvé, comme à la Vitra Haus, les escaliers en colimaçon.

Le musée Unterlinden: la partie ancienne (le couvent) - © My-Mulhouse.fr

Le musée Unterlinden: la partie ancienne (le couvent) – © My-Mulhouse.fr

A l'intérieur, des courbes et des escaliers très modernes - © My-Mulhouse.fr

A l’intérieur, des courbes et des escaliers très modernes – © My-Mulhouse.fr

Plusieurs espaces, avec plusieurs identités, composent le musée. Ce qui est intéressant et parfois déconcertant, c’est que la visite ne se fait pas forcément de manière linéaire : avec une collection très hétéroclite, qui va de l’archéologie à l’art contemporain, on passe d’un univers à l’autre comme on le souhaite.

Mes coups de coeur à Unterlinden

Le musée possède plusieurs tableaux de Jean Jacques Henner. J’aime beaucoup ce peintre du 19eme siècle originaire de Bernwiller dans le Sundgau connu pour ses nus féminins à la chevelure rousse. A Unterlinden, celui qui m’a particulièrement frappé, c’est un Christ assis, charnel et troublant.

Un Christ particulièrement troublant par Jean-Jacques Henner - © My-Mulhouse.fr

Un Christ particulièrement troublant par Jean-Jacques Henner – © My-Mulhouse.fr

Dans la galerie, on trouve des œuvres de Monet, Picasso, Delaunay, et un peintre du 20eme siècle qui m’a fait forte impression, et que je ne connaissais pas : Martin Engelman.

Un tableau d'Engelman - © My-Mulhouse.fr

Un tableau d’Engelman – © My-Mulhouse.fr

Le retable d’Issenheim

Il et la raison principale de la renommée internationale du musée Unterlinden, et il est particulièrement bien mis en valeur dans un espace dédié, la chapelle. Le retable d’Issenheim est une oeuvre incroyable et complexe, remarquable de réalisme par rapport à la production artistique de l’époque. Je crois que je n’ai jamais vu ailleurs la souffrance du Christ sur la croix aussi incroyablement représentée : elle irradie, devient presque tangible et réelle. Les pieds horriblement déformés de Jésus en sont d’ailleurs une illustration frappante.

Le retable d'Issenheim, fleuron du musée Unterlinden - © My-Mulhouse.fr

Le retable d’Issenheim, fleuron du musée Unterlinden – © My-Mulhouse.fr

La piscine et le restaurant

La piscine et ses incroyables volumes côtoie le restaurant dans lequel nous avons choisi de faire notre pause déjeuner. Une carte courte, des propositions intéressantes, un accueil sympathique : nous avons craqué pour un wok de légumes puis un fondant aux marrons.

La "piscine" - © My-Mulhouse.fr

La “piscine” – © My-Mulhouse.fr

Le wok était plutôt bon, frais, bien assaisonné, un peu short en quantité. Le fondant, accompagné de sa glace mandarine, a très agréablement clôturé le repas.

Wok et fondant marrons au restaurant du musée Unterlinden - © My-Mulhouse.fr

Wok et fondant marrons au restaurant du musée Unterlinden – © My-Mulhouse.fr

Informations pratiques
Musée Unterlinden
1 rue des Unterlinden
68 000 Colmar
https://www.musee-unterlinden.com

 

Classé sous : Musées

de

Au début, de l'indifférence, puis de l'attachement, ensuite un rejet total, et aujourd'hui je l'aime aussi tendrement que sereinement. Une histoire d'amour classique, donc, que j'essaie de raconter à ma façon, avec les mots que j'adore manier et les images qu'elle m'offre chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *