Festivals, Musique
Commentaires (4)

Les Eurocks, je n’y étais pas…

Je ne suis pas allée aux Eurockéennes cette année. Ni l’année dernière d’ailleurs. Tandis que Facebook frôlait l’overdose de selfies boueux et heureux des festivaliers, moi j’étais au sec avec un bon verre de vin…

C’est vrai, j’avais caressé l’idée d’y aller. Notamment afin d’y voir pour la 3è fois les Pixies, le groupe mythique de mes 20 ans, et pour y revoir enfin Bertrand Cantat, aux commandes désormais de Détroit. Pas assez opiniâtre pour obtenir des billets ? Il y a un peu de ça. Mais pas seulement.

Mais aussi, le festival a perdu de sa magie pour moi : trop de groupes, trop peu de temps pour chacun, trop d’organisation… Je me rappelle l’an de grâce 1990, où les Pixies ont déchainé l’hystérie et où ma Doc droite a failli rester à jamais dans la boue. Je me souviens de mes 3 jours de camping en 1996, avec une météo exécrable (what else ?), trempée jusqu’aux os mais au paradis devant Nick Cave, Dominique A, David Bowie… J’ai encore en tête le fabuleux show de Radiohead en 2003, où les 50 000 personnes présentes étaient en osmose totale.

nathalie aux eurocks en 1996

Épuisée mais heureuse aux Eurocks en 1996 – © My-Mulhouse.fr

Sur toutes ces années j’ai vu le festival grossir, grossir, tandis que moi je prenais quelques années dans les dents et l’envie de plus en plus forte de savourer la musique plutôt que d’enquiller un concert après l’autre. Alors je me tourne vers de plus petits festivals, des concerts uniques où le mec, s’il a envie de  jouer 3h, eh bien il peut, des scènes à taille humaine où je peux voir le groupe sans passer par l’écran géant.

Mais je n’en oublie pas pour autant ce que j’ai toujours adoré sur les Eurocks et les autres gros festivals : l’ambiance, la folie douce, les gens aux anges, la sensation incroyable de faire partie de cette foule énorme.

Alors bye bye les Eurocks, mais à bientôt ?

PS : Un super site pour les nostalgiques comme moi 🙂 : http://memories.eurockeennes.fr/

Classé sous : Festivals, Musique

de

Au début, de l’indifférence, puis de l’attachement, ensuite un rejet total, et aujourd’hui je l’aime aussi tendrement que sereinement. Une histoire d’amour classique, donc, que j’essaie de raconter à ma façon, avec les mots que j’adore manier et les images qu’elle m’offre chaque jour.

4 Commentaires

  1. Amandine dit

    J’y suis allée samedi et dimanche (j’ai évité l’épisode pluvieux de vendredi ouf :p) et c’était vraiment chouette ! Beaucoup de monde bien sûr, mais aussi et surtout de la bonne musique, une super ambiance et de belles découvertes, bref c’était top ! 🙂

  2. Arno dit

    Que de souvenirs…
    Je me souviens des Pixies, le concert interrompu par la foule déchainée qui tordait les barrières de sécurité à force de pousser. Un de mes potes était coincé en dessous, quelle furie c’était !
    Mais, je me souviens surtout de la Mano Negra, qui ont suivis les Pixies sur la grande scène. Autres temps, autres moeurs, ils n’avaient pas un set de 2hr chronométré, et ont joué pendant plus de 3 heures… un truc de fou.
    Par contre, c’était en 1991, pas 1990 😉

    Le camping aussi, c’était très, très différent, un vrai petit teknival , les Spiral Tribes s’y étaient même arrêtés un ou deux étés, vers 1993-1994.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *