Spectacles / Évènements
Laisser un commentaire

“Lettre à ma ville” : Mulhouse en orbite à la Filature

Grand moment d’émotion hier soir à la Filature, où le public a vibré au son des mots des Mulhousiens, portés sur scène par Abd Al Malik.

Retrouver le chemin du spectacle vivant

Dès 19 heures, le public s’est pressé hier sur le parvis de la Filature pour le vernissage de l’exposition photo d’Elina Brotherus (dont nous vous parlerons dans un prochain article). Pour ce premier spectacle de la saison 2020-2021, Mulhouse a ainsi répondu présent, soutenant ainsi le spectacle vivant après des mois d’absence et une reprise délicate sur fond de Covid-19. Oui, nous étions tous masqués, et cela ne nous a pas empêchés de vibrer à l’unisson dans la grande salle, face à cette scène qui enfin reprenait vie.

C’était une belle idée de démarrer la saison avec cette “Lettre à ma ville” : cet été, nous avions tous reçu ce courrier d’Abd Al Malik nous invitant à témoigner, à raconter, à parler de Mulhouse. 150 courriers ont été réceptionnés, et c’est par la voix d’Abd Al Malik que ces mots nous ont tous touchés en plein coeur.

Ce n’était pas une soirée comme les autres, non, à commencer par le mot d’accueil deBenoit

André, le directeur de la Filature, chargé d’une émotion palpable à la vue de cette grande salle enfin à nouveau remplie. Et ensuite, le talent et la voix d’Abd Al Malik, accompagné de son guitariste et bassiste Izo, ont su faire jaillir la beauté de ces textes, ces mots d’amour à Mulhouse, parfois drôles, toujours touchants, sincères et lumineux.

Justesse et émotion : les mots des Mulhousiens font mouche

Evidemment, le confinement est omniprésent dans ces lettres, le bruit des hélicoptères hantera encore longtemps la mémoire des Mulhousiens. Et l’épidémie a encore davantage stigmatisé une ville qui se traine déjà une mauvaise réputation. Bien sûr, Mulhouse n’est pas facile, demande du temps pour être apprivoisée. Mais au final, sans l’embellir ni l’idéaliser, tous ces Mulhousiens ont su lui dire qu’ils l’aimaient, leur ville, à leur manière.

Ces textes puissants ont fait mouche : une longue standing ovation après un moment de partage unique. Des applaudissements pour Abd Al Malik et Izo. Pour ces deux jeunes comédiens de la classe préparatoire théâtre portée par la Filature qui ont incarné deux textes. Pour ces anonymes, dont on ne connaîtra que le prénom, qui ont si joliment déclaré leur flamme à leur ville. Pour Mulhouse, bien sûr. Et aussi, je crois, pour tous ceux que nous étions hier soir, ensemble et heureux de l’être, émus et plus vivants que jamais.

Classé sous : Spectacles / Évènements

de

Au début, de l'indifférence, puis de l'attachement, ensuite un rejet total, et aujourd'hui je l'aime aussi tendrement que sereinement. Une histoire d'amour classique, donc, que j'essaie de raconter à ma façon, avec les mots que j'adore manier et les images qu'elle m'offre chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *