Expos
Commentaire (1)

L’influence de l’esclavage dans les arts au Temple Saint-Etienne

Le Festival GéNéRiQ s’est tenu le week-end dernier à Mulhouse ; comme chaque année, outre la programmation musicale « principale », en partenariat avec le Noumatrouff, un certain nombre de manifestations « décentralisées » a été organisé. L’une d’entre elles est encore visible jusqu’au 6 mars prochain au Temple Saint-Etienne : une exposition montée par l’association étudiante Herodote Histoire & Culture et intitulée « L’influence de l’esclavage sur les arts ». Décryptage lors du vernissage annexé à la soirée de lancement de GéNéRiQ 2015 en ce jeudi 12 février particulièrement glacial !

Vaste et ambitieux programme que s’est fixé l’association des étudiants en histoire de l’UHA en guise d’apport documentaire et d’illustration aux chansons de la québécoise Betty Bonifassi, venue faire l’ouverture de GéNéRiQ 2015 – huitième édition du nom – à Mulhouse le 12 février dernier.

Le « pour quoi » de cette exposition est à mettre en perspective avec les thèmes évoqués par Betty dans ses chansons : tous les textes de cette dernière sont des relectures modernisées de chants conçus par les esclaves afro-américains dans des versions plutôt rock et soul / funk, ou des compositions personnelles inspirées par ce même sujet. Offrir au public une historiographie sur cette question (« comment l’esclavage est-il été source d’influence dans les arts ? ») était donc une très bonne idée !

Des jazzmen, immanquablement, mais pas que !

Evidemment, c’est incontournable même ai-je envie d’ajouter, la part consacrée au jazz et au blues occupe une grande place dans l’exposition, et provient pour partie des fonds prêtés par la Maison de la Négritude de Champagney (vous ignoriez qu’un tel musée existait en Haute-Saône ? moi aussi !). Cependant, comme me l’expliqua Elsa Nicolosi, présidente d’Herodote (au centre sur la photo), le propos et le travail de l’association auront été d’enrichir cet apport et d’ouvrir les prismes de lecture, en appréhendant notamment cette influence dans des mediums culturels et artistiques aussi variés que la littérature, le cinéma, et bien sûr la poésie.

Les étudiants d'Hérodote Histoire-Culture - © My-Mulhouse.fr

Les étudiants d’Hérodote Histoire & Culture – © My-Mulhouse.fr

Dense, l’exposition l’est indiscutablement et mérite qu’on s’y attarde. Les panneaux homemade fixés de part et d’autre du Temple Saint-Etienne sont clairs, et richement accompagnés de photos (personnellement, je ne suis pas fan des expositions avec trop de détails à lire, donc là c’était parfait !), ce qui permet de tester un peu sa culture générale.

Esclavage et littérature expo à muulhouse

Esclavage et littérature – © My-Mulhouse.Fr

Il est à noter que les membres d’Herodote tiendront des permanences durant les jours d’ouverture de l’exposition, rien de mieux donc pour se laisser guider à travers cette histoire passionnante ; n’hésitez pas à consulter la page Facebook de l’évènement (lien ci-dessous) pour de plus amples informations et détails, et, surtout, bonne visite !

PS : le sens de la visite commence sur le mur de gauche, en entrant dans le temple 😉

J’ai aimé : Les panneaux d’exposition homemade, la richesse de l’exposition, découvrir qu’il existait un musée de la négritude en Haute-Saône (!), l’accompagnement musical choisi pour le vernissage, l’engagement des étudiants de l’UHA Fonderie et ce partenariat avec GéNéRiQ.
J’ai moins aimé : Il faut bien le reconnaitre, mes connaissances en jazz et en blues frôlaient le zéro absolu… Je ne connaissais pas grand monde sur les panneaux (il faut croire que je n’ai rien retenu de l’excellente exposition temporaire consacrée au jazz que j’avais pourtant vue il y a quelques années au Musée du Quai Branly… 🙁 ).

Infos pratiques : 
Temple Saint-Etienne
Place de la Réunion
68100 Mulhouse

L’exposition, en entrée libre, est visible tous les vendredis, samedis et dimanches jusqu’au 6 mars 2015.

Pour aller plus loin :

Classé sous : Expos

de

J'essaie de (dé)montrer à mon petit niveau la richesse de notre ville, son dynamisme, son ouverture, sa vitalité. Mes articles sont un petit hommage et un grand remerciement aux personnes qui se bougent pour animer notre ville !

1 Commentaire

  1. kippelen dit

    Dommage que la” musique” était si bruyante à St Etienne !
    Plusieurs personnes ont quitté rapidement les lieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *