Portraits
Commentaire (1)

Rencontre du troisième type…

En août 2012 au festival Ch’appelles, qui cette année encore se tiendra du 7 au 10 mai à la Chapelle St Jean, Grand’rue à Mulhouse, j’ai été attiré par une sculpture en métal représentant une main tenant une boule de verre rouge. Je tournais autour afin d’admirer la précision de ce travail lorsque je fus abordé par une personne qui s’avéra être l’auteur de cette œuvre.

La Main de la Chapelle Saint Jean - ©Ray Mond pour My Mulhouse

La Main de la Chapelle Saint Jean – ©Ray Mond pour My Mulhouse

Nous discutâmes de son travail ainsi que d’autres thèmes, notamment de motos qui est une de nos passions communes. J’appris qu’il s’agissait de Gilles Bellagamba, sculpteur plasticien de son état qui au moment de notre séparation m’invita à venir le voir à l’occasion chez lui afin qu’il puisse me montrer ces nombreuses œuvres dont une toute petite partie était exposée dans le parc de la Chapelle.

Nous le savons tous, le temps passe trop vite et ce n’est en fait que récemment que je suis allé me laisser surprendre par ses réalisations.

Cet autodidacte, carrossier de formation, passionné de motos, de musique mais aussi d’ufologie, récupère des matériaux ayant déjà vécu sous la forme d’objets divers mis au rebut auxquels Gilles donne une 2ème chance de vie en recyclant le métal à la sauce “science fiction”.

Gilles avec un de ses robots - ©Ray Mond pour My Mulhouse

Gilles avec un de ses robots – ©Ray Mond pour My Mulhouse

Attiré dès son plus jeune âge par la robotique, c’est en 1988 qu’il fabriqua son premier automate articulé. Celui-ci fut rapidement suivi par une série de sculptures ayant une apparence de robot avec des armatures métalliques recouvertes de fil électrique et de composants électroniques. Après une série de plus de 300 robots, il créa des jeux de dames et d’échec avec des damiers en pâte de verre, et donna vie à des pions et figures en métal et en étain.

Wally, robot automatisé est le 3ème construit par Gilles qui a donné vie à 4 robots automates en tout. Le 1er s”appelait Alfred, les 2 autres Titan I et Titan II. Seul Titan II vit encore chez Gilles, les autres ayant trouvé des famille d”adoption. Voici Wally :

Dans la foulée, il fabriqua des tableaux en plaques de granit recouvertes d’étain et de cuivre. Gilles, toujours à l’affût de nouveautés à créer continua son évolution artistique avec des sculptures décoratives en acier, étain, verre et granit pour finir dans le design en créant du mobilier d’art, tables, lustres, lampes « robot », guéridons, meubles divers et bar en acier et verre et même d”étonnantes montres-bombes…

Dès mon arrivée dans son univers, je fus surpris par tous ces objets dont certains me dépassaient d’une bonne tête sinon deux. Et c’est en admirant ces pièces uniques que je reconnu divers objets réutilisés pour leur construction. Il y avait là des assemblages de rails de chemin de fer, de l’outillage ancien détourné de sa fonction primaire, des obus et même des tampons de locomotives surmontés d’une plaque de verre qui le transforme en guéridon original.

Quelques créations - ©Ray Mond pour My Mulhouse

Quelques créations – ©Ray Mond pour My Mulhouse

Et pour finir, il me montra encore quelques toiles peintes qu’il vient d’achever récemment, dernière des cordes qu’il a rajouté à son arc artistique… en attendant la prochaine !

J”ai aimé : l”univers “extra-terrestre” de la maison de Gilles, son esprit créatif et le café qu”il m”a offert car cela faisait quelques heures que je n”en avait pas eu
J”ai moins aimé : devoir quitter ce sympathique “Géo Trouvetou”

Infos pratiques :
Créations BG
6 rue de la Neige
68100 Mulhouse
Tél. : 06 89 05 19 83
www.ecladart.com
Classé sous : Portraits

de

De nature curieuse, je m'intéresse à tout mais en particulier à l'Art sous toutes ses formes. Mulhouse, de par sa richesse artistique, culturelle et historique est un vrai bonheur pour le photographe passionné que je suis.

1 Commentaire

  1. Ramon CIURET dit

    J’ai découvert Gilles lors du spectacle de danse des Ateliers de LEA à Wittelsheim en juin 2012. C’est vrai que c’est un personnage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *