Théâtre
Commentaire (1)

Scènes de rue : du spectacle vivant en plein air à Mulhouse

Ce week-end, Mulhouse a offert une scène ouverte en plein air au spectacle vivant. J’y ai fait un tour vendredi soir. Ambiance…

spectacle scenes de rue

21h30, j’arrive à Mulhouse pour Scènes de rue. A mon grand étonnement, on trouve facilement de la place sur le parking près du Théâtre de Poche et c’est tant mieux :). Rendez-vous avec des potes sur une terrasse, en y allant on passe devant une compagnie qui se met en place pour son spectacle. Le public est gentiment assis et j’ai une seconde d’hésitation (« et si on restait ? »). Mais bon on est déjà hyper en retard alors on fonce vers la rue Henriette. Et là, c’est devant un truc à boire bien frais (je vous rappelle que vendredi le thermomètre a flirté avec les 35°C) qu’on essaie de faire le programme de la soirée.

Musique, guerre et famille

Une fois l’addition réglée, on se dirige vers la Bourse en nous guidant avec les « Jean-Pierre ! » tonitruants lancés par le groupe qui s’y produisait. C’était rigolo mais on n’est pas restés jusqu’au bout. Ensuite, on a atterri au parking Ste Claire pour voir « La Terre nous est étroite » : deux femmes qui parlent de la guerre. Au début j’ai failli partir mais au bout d’un moment c’est devenu très prenant. Après ce spectacle un peu dur, nous sommes allés voir la compagnie « Makadam Kanibal » cour des Rabbins : un huis-clos familial à la fois drôle et féroce, qui était vraiment très bien !

Spectacle de théâtre à Scènes de rue – © My-Mulhouse.fr

Et vous vous y avez été ? Quel a été votre spectacle préféré ?

Merci à Morgan pour sa participation sur Facebook, voici sa belle photo de Scènes de rue :

scenes de rue mulhouse

© Morgan Zeller

J’ai aimé : la diversité et la qualité des spectacles
J’ai moins aimé : certains spectacles étaient victimes de leur succès, donc pas assez de places assises

Classé sous : Théâtre

de

Au début, de l’indifférence, puis de l’attachement, ensuite un rejet total, et aujourd’hui je l’aime aussi tendrement que sereinement. Une histoire d’amour classique, donc, que j’essaie de raconter à ma façon, avec les mots que j’adore manier et les images qu’elle m’offre chaque jour.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *