Théâtre
Laisser un commentaire

Sous “le ciel de Nantes”, le tango de la vie

Dans son œuvre, Christophe Honoré explore depuis toujours les histoires de famille. Avec “le ciel de Nantes”, il a choisi de mettre en scène la sienne : une saga tumultueuse, magistralement orchestrée et interprétée. 

En quête de vérité

Christophe est cinéaste. Dans ses cartons se trouve un projet qui peine à voir le jour : raconter l’histoire de sa famille. Il convie sa grand-mère, ses tantes, ses oncles, dans un vieux cinéma pour leur en parler et leur montrer des images. 

Cette “réunion de famille” imaginaire convie les vivants et les morts, qui tour à tour interrogent la vérité, les souvenirs, la transmission. Mémé Kiki, l’aieule haute en couleur, la tante Claudie enfermée comme folle pour “en être débarrassé”, le père Puig, banni à jamais, le tapageur Roger, qu aime boire et jouer…chaque personnage renvoie à Christophe une vision pas tout à fait conforme à ses souvenirs. Et passent, entre eux, du règlement de comptes aux regrets, avec en témoin un Christophe malmené, secoué, mais empli de tendresse. 

Chiara Mastroianni joue la tante Claudie © Jean-Louis Fernandez

Une oeuvre bouleversante

Ce regard d’une grande douceur sur cinq décennies d’amour, d’évènements, de désillusions, de douleur, retrace une histoire familiale complexe. La pièce est une photographie sensible et fine d’une famille ouvrière avec dix enfants grandissant tant bien que mal à Nantes. On y danse sur “Spacer” de Sheila, on supporte les Canaris, on se retrouve à la table de mémé Kiki tous les dimanches, on y fume, on y boit…on y vit avec fracas. Des bombes de la seconde guerre mondiale aux paquets de Gitanes Maïs ou encore au crâne de Zizou en 1998, des madeleines douces-amères parcourent l’échine dorsale de la réunion familiale, donnant ainsi des décharges d’émotions au spectateur. 

Splendides et pathétiques, flamboyants et brisés, les membres de la famille, portés par des interprètes tous magistraux, révèlent leurs secrets avec une force bouleversante. Christophe Honoré reconstitue ses souvenirs avec des séquences filmées : en mêlant étroitement théâtre et cinéma, il apporte à sa mise en scène une puissance considérable. 

Classé sous : Théâtre

de

Au début, de l'indifférence, puis de l'attachement, ensuite un rejet total, et aujourd'hui je l'aime aussi tendrement que sereinement. Une histoire d'amour classique, donc, que j'essaie de raconter à ma façon, avec les mots que j'adore manier et les images qu'elle m'offre chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *