Musique
Commentaire (1)

Une soirée intime avec Christophe

2h40 de maestria, de rire, d’émotion, voilà ce que Christophe a offert hier soir à un ED&N comble… et comblé. J’y étais.

Ceux qui me connaissent pourraient être surpris de savoir que j’allais voir Christophe en concert. Je n’ai aucun album du monsieur, je connais environ 6 de ses tubes et même si j’ai crié Aline (ma coiffeuse) pour qu’elle revienne (elle est partie travailler à Colmar, la traîtresse) je ne suis pas à proprement parler une fan de Christophe. Alors pourquoi, hein ? D’une part, « Les Mots Bleus » tient une place bien particulière dans mon histoire personnelle – eh oui, je suis une grande midinette – et d’autre part, voir sur scène un des monuments de la chanson, dont la carrière a débuté alors que je n’étais même pas encore une idée dans la tête de mes parents, eh bien c’est tout simplement un événement qu’il ne faut pas manquer.

« Le dernier des Bevilacqua »

A l’ED&N, vers 20h15, l’ambiance est brumeuse, l’attente est fébrile, les chaises sont disposées et les gradins quasi-pleins. Christophe se fait attendre, un peu, juste assez, et arrive sur scène. Seul. Crinière blonde et lunettes noires, inoxydable. Avec lui, un piano, un synthé, un harmonica, deux guitares, et cette voix absolument incroyable qui, malgré 68 ans de bons et loyaux services, n’a pas bougé d’un fil.

concert christophe my mulhouse

Christophe – © My-Mulhouse.fr

Je comprends très vite pourquoi sa tournée s’appelle « Intime » : Christophe est sur scène comme s’il était chez lui, avec des amis. Il nous parle, plaisante, trinque avec nous, il habite l’espace avec aisance et simplicité et distille des pépites réorchestrées, des chansons cultes, déclenchant à chaque fois une émotion palpable dans le public qui retient son souffle. Pour ma part, je découvre « Le dernier des Bevilacqua », la « Dolce Vita » et je fonds pour sa très belle interprétation d’ « Alcaline » de son pote Alain Bashung.

concert my mulhouse

© My-Mulhouse.fr

Deux heures trente de show, de spectacle, et bien avant la fin, Christophe nous prévient avec humour qu’il ne cède pas à la tradition du rappel. Et en effet, dernier morceau, il lance une boucle, chante un couplet, et s’en va, nous laissant hébétés, accompagnés par cette plage sonore qui se déploie encore et encore, pour un atterrissage tout en douceur et en émotion.

J’ai aimé : le côté mythique du concert, l’acoustique de la salle
J’ai moins aimé : rien !

Infos pratiques :
ED&N (Espace Dollfus & Noack‎)
20 A Rue Jean de la Fontaine
68390 Sausheim
Tél. : 03 89 46 83 90
http://eden-sausheim.com/
Classé sous : Musique

de

Au début, de l'indifférence, puis de l'attachement, ensuite un rejet total, et aujourd'hui je l'aime aussi tendrement que sereinement. Une histoire d'amour classique, donc, que j'essaie de raconter à ma façon, avec les mots que j'adore manier et les images qu'elle m'offre chaque jour.

1 Commentaire

  1. Ça a du être un magnifique moment, j’aurais bien aimé être à votre place, je ne connais pas non plus tous ses tubes mais je le trouve très énigmatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *